Pour le CTIC Dakar, “les entrepreneurs sénégalais sont des guerriers !”

Article paru en premier dans LesEchos.fr, partenaire éditorial de StartupBRICS dans le cadre du projet #TECHAfrique.

Et si Dakar, la capitale bouillonnante du Sénégal, devenait le nouveau point de ralliement des entrepreneurs digitaux de toute l’Afrique de l’Ouest ? Sur le terrain, cette vision pourrait bien devenir réalité avec le lancement dans les prochaines semaines de l’initiative Jambar Tech Lab. Un programme d’accélération unique en son genre en Afrique francophone, initié et piloté par l’incubateur technologique du Sénégal, le CTIC Dakar.

LsoKkzyd3ZYe5Z5V8lqUMQ7862OxXijKtapi9vU_ff8

 

La nouvelle initiative panafricaine Jambar Tech Lab veut mettre sur orbite près de 40 entrepreneurs, ou plutôt 40… guerriers ! C’est en tout cas la définition du mot « Jambar » en wolof, la langue plus parlée du Sénégal. Car au pays de la Teranga, « les entrepreneurs sont des guerriers, et même des pionniers» constate avec recul et admiration. Abdoul Aziz Sy, chef de projet à l’incubateur CTIC Dakar. Sur le terrain au Sénégal, où les dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat restent encore insuffisants, pour les entrepreneurs la course à la survie est un combat permanent. « C’est cet esprit de combativité et de persévérance qui caractérise les entrepreneurs sénégalais et africains que nous avons voulu valoriser et mettre en avant dans ce programme d’accélération ».

Vers un incubateur panafricain ?

Fondé en 2011, l’incubateur CTIC Dakar a depuis sa création accompagné une soixantaine de start-ups sénégalaises et coaché plus de 1.300 jeunes porteurs de projets sénégalais, au travers de ses nombreuses compétitions entrepreneuriales. « En moyenne, la croissance du chiffres d’affaires de nos incubés est de l’ordre de 34% chaque année» rappelle Abdoul Aziz Sy. Mais le marché sénégalais reste étroit – le pays ne compte que 14 millions d’habitants – et c’est pour trouver de nouveaux relais de croissance que le CTIC Dakar a décidé d’ouvrir grand les porte de l’international.

pngbase645d6daf5dcf5478e2

Prévu pour s’étaler sur deux années entières, Jambar Tech Lab visera tout d’abord à dénicher les meilleurs talents du numérique du Sénégal et de ses pays voisins comme la Gambie, la Guinée-Bissau ou le Mali. Les poids lourds régionaux comme la Côte d’Ivoire « et même pourquoi pas le Nigeria » sont aussi concernés précise Abdoul Aziz Sy. La liste des pays bénéficiaires est en train d’être finalisée avec le programme InfoDev de la Banque Mondiale, le principal partenaire institutionnel et financier de ce programme. Une chose est sûre : au minimum 6 pays d’Afrique de l’Ouest seront impliqués. « La mission de Jambar Tech Lab sera de sélectionner puis de faire venir pendant plusieurs semaines sur place, à Dakar, un grand nombre d’entrepreneurs ouest-africains, dont 25% de femmes – aussi bien francophones qu’anglophones – qui développent des produits digitaux à très fort potentiel de croissance».

10557256_849009401830845_1188330657923689154_n

Pour être sélectionné, les entrepreneurs souhaitant intégrer le Jambar Tech Lab devront disposer à minima d’un prototype. « Nous nous concentrons vraiment sur la qualité des produits qui doivent avoir un impact ainsi qu’un fort potentiel de marché : applications mobiles qui présentent une véritable innovation ou une forte traction sur le marché Ouest-Africain ». Et les solutions proposées par les entrepreneurs devront dans tous les cas démontrer deux hypothèses. Tout d’abord la croissance de leur nombre d’utilisateurs comme de leur chiffre d’affaires. Une croissance de préférence à deux chiffres: au minimum 15% par année, sur 5 ans. Ensuite leur capacité à s’internationaliser, en tout cas dans un premier temps sur l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest… Abdoul Aziz Sy insiste, « nos marchés nationaux sont malheureusement trop petits ce qui freine l’expansion de nos start-ups : il est grand temps que nous soutenions la création d’un grand marché digital Ouest Africain».

Pour lire cette article dans son intégralité, rendez directement sur Les Echos, notre partenaire éditorial !


Consultant, Blogueur et Fondateur de StartupBRICS (www.startupbrics.com), Samir Abdelkrim a lancé #TECHAfrique en avril 2014 : une aventure entrepreneuriale à la rencontres des startups africaines et des acteurs qui font battre le pouls de l'Afrique 2.0


'Pour le CTIC Dakar, “les entrepreneurs sénégalais sont des guerriers !”' has no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

PARTAGES