Burkina Faso : Focus sur le Ouagalab, Fablab et espace de fabrication numérique

TEChAfrique met le cap aujourd’hui sur le Burkina Faso et Ouagadougou avec Gildas Guiella, cofondateur du FabLab Ouagalab. Véritable tiers-lieu pour l’innovation numérique, le Ouagalab a vu le jour en 2012 et accueille aujourd’hui plusieurs porteurs de projets burkinabés ayant des besoins précis : accompagnement en prototypage de projets hardwares, volonté de travailler en mode coworking, besoins en formation techniques ciblées (maitrîse des technologies Arduino, initiation OpenStreetMap et géolocalisation, etc.). Mais le Ouagalab, c’est d’abord et surtout un espace de rencontre et de partage, entièrement tourné vers les logiciels libres dans un esprit d’entraide, afin d’apporter des solutions locales grâce à la démocratisation du numérique et des données. Gildas nous en dit plus.

Hello Gildas ! Peux tu nous présenter le Ouagalab ?

Hello !  Je m’appelle Gildas Guiella entrepreneur social burkinabé et fondateur du hub numérique Ouagalab. Le Ouagalab qu’est ce que c’est ? Il s’agit d’un laboratoire de fabrication numérique, un FabLab, ouvert à toutes personnes souhaitant expérimenter, fabriquer, « bidouiller » comme on dit dans le jargon Maker : prototypage technique d’objets, conception de produits, etc. Chaque membre de notre communauté FabLab a la possibilité de venir utiliser les différentes machines de notre hub, dans un esprit ouvert, fondé sur le partage et qui encourage la philosophie « Do It Yourself ».

Ouagalab-startup-africa-burkina faso-techafrique

Nous encourageons également les collaborations pluridisciplinaires autour de visions nouvelles, par exemple entre personnes originaires d’univers professionnels assez différents mais souhaitant réaliser des projets impactants au travers d’une vision partagée : ici nous ne refusons personne, la seule condition est le partage et surtout la transmission des connaissances !

Quelles sont les différentes activités que tu développes au Burkina Faso avec le OuagaLab ?

Nous misons beaucoup sur l’énergie et nous sommes actuellement en train de plancher sur un projet de fabrication d’une éolienne à partir de déchets électroniques et d’objets de récupération : ici au Burkina Faso, les besoins en énergies sont un vrai frein au développement économique du pays. Ensuite nous avons un axe fort sur les technologiques de géolocalisation OpenStreetMap : notre objectif est de produire des contenus et des données fiables et libres, qui participent à la libération des données géographiques (lignes de bus sur Ouagadougou, écoles cartographiées, etc…) données que par exemple nous fournissons par exemple aux municipalités afin qu’elles améliorent leurs services grâce aux données SIG (par exemple dans les transports publics). Nous travaillons également sur un projet baptisé Jerry Calebasse Faso : le petit frère du célèbre JerryClan, mais cette fois ci la récupération de matériels informatique est directement assemblée dans une calebasse, à destination des personnes les plus éloignées du monde informatique, surtout en zones rurales.

 Nous voulons accompagner différents projets dans l’esprit FabLab : par exemple des projet artistiques ou artisanaux utilisant la technologie Arduino, pour travailler le bois ou d’autres matériaux.
Ouagalab-startup-africa-burkina faso-arduino-maker-techafrique

Quels sont vos besoins ? Un message à faire passer ?

Au Burkina Faso nous rencontrons de nombreuses contraintes dans le numérique principalement du fait que nous ne disposons pas des infrastructures suffisantes : manque de connectivité internet, manque de couverture 3G, manque de hubs numériques… Même si des pôles comme 2iE à Ouagadoudou commencent à devenir des références au plan régional, nous avons encore beaucoup de travail à accomplir pour nous mettre à niveau. Donc nos besoins sont d’un point de plus général : il nous faut plus d’investissements dans les infrastructures technologiques, plus d’espaces, de tiers lieu, de hubs. Nous souhaitons encourager et diffuser l’esprit collaboratif au Burkina, encore trop peu présent, à travers les logiciels libre et la culture du partage de savoir numérique. Cela reste encore difficile en Afrique car ces concepts sont nouveaux ici mais nous travaillons dur pour changer les mentalités !


Consultant, Blogueur et Fondateur de StartupBRICS (www.startupbrics.com), Samir Abdelkrim a lancé #TECHAfrique en avril 2014 : une aventure entrepreneuriale à la rencontres des startups africaines et des acteurs qui font battre le pouls de l'Afrique 2.0


'Burkina Faso : Focus sur le Ouagalab, Fablab et espace de fabrication numérique' has no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

PARTAGES