80Days, lorsqu’une entrepreneuse européenne revisite le wax et la mode africaine

Un pas de côté par rapport aux Tech dans cette interview avec Tania Saez, une entrepreneuse espagnole qui évolue dans le monde de la mode, et plus particulièrement dans la valorisation du lifestyle africain, autour du wax, avec le projet 80days. Le projet est actuellement en pleine campagne de crowdfunding sur Ulule, donc n’hésitez pas à contribuer et à parler autour de vous !
40293dd5bad43080491ddb9455b991

Hello ! Peux tu te présenter à nos lecteurs ?

Je suis Tania Saez, espagnole de 28 ans et j’ai habité lors des 6 dernières années à Paris.
Lors de ces six dernières années j’ai travaillé dans la création et l’internationalisation de marques de mode et de lifestyle autant chez de grands groupes que dans de petites start-ups de l’écosystème parisien que j’ai vu grandir. Très jeune j’ai étudié, travaillé et voyagé à travers le monde : Etats-Unis, Espagne, France, Europe de l’Est, Australie…
Je suis donc, un peu comme Phileas Fogg, une passionnée de voyages et de la découverte de nouvelles cultures et façons de vivre. En voyageant j’ai été vite fascinée par les tissus, les matières, le savoir-faire de peuples et de cultures méconnus du grand public. Dans ce projet d’entreprise, j’ai donc voulu unir et vous faire partager d’un côté mon goût du voyage et de l’autre côté mon expérience dans le monde de la mode, la création et les start-ups.
c50d8d9a34bc26fc15f8b1fbf84cc1

Parle nous de ton concept : comment l’idée tes venue ?

L’idée m’est venue l’été dernier alors que je me promenais dans les rues de Château Rouge. J’adore flâner dans les villes où j’ai vécu ou que j’ai visitées. J’aime découvrir l’essence et l’esprit de chaque quartier et endroit de la ville. Justement en me baladant sur Château j’ai decouvert les magasins africains de wax. Les couleurs, l’originalité des prints et son touché singulier m’ont fascinée. J’ai à ce moment donc décide de confectionner quelques jupes à l’esprit contemporain et minimaliste. Mes amies ont rapidement aimé et parlé dans son entourage. A ce moment je travaillais dans une startup à Madrid mais j’ai fini par quitter l’entreprise et donc décidé de m’investir dans mon projet de startup. Aujourd’hui une grande partie des gens s’habillent avec les mêmes marques, le même style et généralement et se plaignent parce qu’ils n’ont pas de choix. Je propose donc le wax un tissu méconnu du grand public réinterprété dans des designs modernes. Mon concept dans cette première collection est de réunir le meilleur de l’Afrique et le meilleur de l’Europe toujours dans des petites séries et avec un grand soin des détails.
Mon modele economique est le social selling ou next-generation e-commerce dans lequel nous unissons, le e-commerce, les réseaux sociaux et la force des images avec une expérience client forte.
71a4e804745704d89a05f0e2817595

Quels furent tes principaux défis ?

Je ne connaissais pas le développement de produit de mode. J’avais du mal à comprendre les termes de confection et design de vêtements car je n’avais pas fait d’école de mode/design mais plutôt une école de commerce. Je me suis entourée de personnes expertes dans ce domaine qui m’aident. 
top-big-moustaches-are-not-dead.WQ8QVAbVqiWV

Ton expérience dans le monde des startups te sert il dans cette nouvelle aventure dans la mode ?

Absolument, notamment pour  ébaucher puis valider ma proposition de valeur auprès d’un premier cercle d’acheteurs qui m’ont énormément appris en termes de feedbacks sur mes produits, avant de lancer ma première collection auprès d’une masse critique de early adopters. A ce propos, j’ai lancé une campagne de crowdfunding sur Ulule qui a démarré hier. Ce projet ne verra le jour que si nous parvenons à réaliser notre objectif (et le dépasser!)
-> Les 3000 premiers euros vont me permettre de financer la production de vos produits et de vous les livrer
-> Si nous dépassons les 5000 euros, vous m’aiderez à créer un petit stock supplémentaire pour l’été
-> Si nous dépassons les 10000 euros, vous m’aiderez à élargir notre choix de produits. Nous pourrons ainsi créer une nouvelle collection wax pour cet été.
-> Si nous dépassons les 13000 euros, nous pourrons lancer une nouvelle collection pour l’automne/hiver avec une nouvelle matière provenant d’un pays qui vous fera rêver (je vous promets:)
-> Si nous dépassons les 20000 euros, nous pourrons en plus créer une petite équipe de 2 personnes avec des bureaux et/ou un showroom pour que vous puissiez nous rendre visite et nous pourrons vous créer des collections 80 days non stop !

Consultant, Blogueur et Fondateur de StartupBRICS (www.startupbrics.com), Samir Abdelkrim a lancé #TECHAfrique en avril 2014 : une aventure entrepreneuriale à la rencontres des startups africaines et des acteurs qui font battre le pouls de l'Afrique 2.0


'80Days, lorsqu’une entrepreneuse européenne revisite le wax et la mode africaine' has no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

PARTAGES